vendredi 8 juin 2012

Les Imaginales d'Epinal : un grand moment !

Pardonnez-moi d’avance, ce post va être un peu long, mais il y a tant à dire après un tel week-end.

Avertissement :
toute ressemblance entre un certain Alaric adepte du jacuzzi et le Alaric cité dans cet article n'est absolument pas fortuite.

Une expérience enrichissante serait sans doute un résumé suffisamment évocateur pour mes deux jours à Epinal mais je ne peux me résoudre à n'utiliser que ces trois mots trop réducteurs. Alors si vous avez un peu de temps, je vous propose de vous raconter ce qui se cache derrière.

Mais avant tout, certaines précisions me semblent importantes. Il faut savoir :
- que la date du Festival était marquée d'une croix rouge dans mon agenda depuis l'an dernier (période où un grand nombre de compte rendus de grenouilles avaient éveillés en moi curiosité et envie) ;
- qu'à compter de cette même époque, je préparais psychologiquement ma moitié à se passer de moi pendant un long week-end ;
- et que l'accès à Epinal en train depuis le Sud-Est n'étant pas d'une évidence limpide, avec ma copilote Elyna, nous avions décidé de faire le trajet en voiture (7h18 de route d'après Saint Mappy).

Autant dire que j'avais mis la barre haute concernant mes attentes !

Bref, venons-en au fait. Départ prévu le vendredi matin à 8h20, effectif à 9h00 (je rappelle que je suis une femme). Arrivée à Avignon vers 10h15 et re-départ vers 11h00 (ben oui, ma copilote est une femme aussi). Le trajet se déroule bien si on occulte les problèmes de turbo de ma voiture pourtant fraîchement réparée (conséquence : vitesse maxi bloquée à 120km/h en descente, pied au plancher et le vent dans le dos) ou encore nos conversations enflammées avec le GPS qui nous propose des routes improbables et des ronds points imaginaires. Avec tout ça, nous débarquons à Epinal à 19h15 (à peine plus que les prévisions Mappy…).

Mais nous sommes arrivées et rien ne peut entacher notre enthousiasme sauf la fatigue. La tante d’Elyna qui nous héberge nous offre un bon repas et c’est impatientes du lendemain (et après une bonne moitié de Kho Lanta... qui a gagné au fait ?) que nous allons nous coucher.

Réveil à 8h45, petit déj’, toilette (je vous passe les détails) et hop, en voiture pour le Festival.

Première impression : c’est grand. Cela dit, quand on sait que le premier salon de l’imaginaire auquel j’ai assisté était à Lambesc, on comprend mieux ! Des stands partout, éditeurs, illustrateurs, auteurs, tous plus beaux les uns que les autres, présentant leurs bébés (je parle de leurs romans bien sûr même si pour certaine, le vrai bébé était là aussi). A peine entrées, premier arrêt, ben oui, Thomas John est là ! Premier achat aussi, aïe ! Nous continuons et croisons Christophe qui nous raconte ses aventures avec l’illustrateur de ses couvertures : très instructif mais un peu flippant quand même. Aliya nous rejoint et nous parcourons la ‘bulle’ avec grand plaisir. Nous croisons quelques grenouilles dont Elikya et Célia (et profitons de cette rencontre pour signer une certaine pétition qui n’atteindra malheureusement pas les 1000 signatures nécessaires à sa réalisation). Dans l’euphorie, nous manquons toutes les conférences du matin, tant pis.

Puis, le grand moment du pique-nique arrive. Naturellement, tout le monde s’installe, Alaric prend l’organisation en mains, boissons à gauche, salés au milieu, sucré à droite… De dix, nous passons à vingt puis trente pour finir près d’une centaine (j’exagère peut-être mais je suis du sud alors vous ne m’en voudrez pas !). Jean-Claude sort le foie gras et s’allonge dans l’herbe pour le servir : mémorable ! Je retrouve avec joie Takisys et fais connaissance d’autres grenouilles, notamment Siècle, Loweya, Isaiah, et je me nourris plus de conversation que de véritable nourriture ! Takisys nous raconte le speed dating, si son 'rapport' en a motivé certain(e)s, de mon côté, il m'a carrément refroidi !

L’après-midi, première conférence du week-end : le roman historique… c’est rien que du bonheur. Je porte un intérêt particulier à ce thème puisque mon nouveau projet est un roman historique fantastique. Je retiens l’idée de Jean-Philippe Depotte qui nous explique que l’histoire est un grand terrain de jeu pour nos personnages car j’approuve totalement. Nous flânons le reste de l’après-midi avec halte achat Nadia Coste, Magali Ségura et tant d’autres, halte buvette aussi… Nous quittons finalement le Festival (ne me demandez pas l’heure, je n’en ai aucune idée) pour aller boire un verre en ville.

Le verre se transforme en pizza. Nous sommes une vingtaine, c’est très convivial et Alaric se fait remarquer, comme d’habitude semble-t-il. Même Célia n’a pas réussi à lui voler la vedette en manquant de peu le séjour aux urgences (petite chute improvisée à cause de la table bancale de Thomas John. Une minute, nous avons très peur mais non, ce n’est pas du sang, seulement le vin rouge de Thomas). Isaiah me fait subir l'épreuve du pitch de mon projet et je transpire à grosses gouttes mais il parait que je m'en suis pas mal sorti. Après le repas, le groupe se sépare et nous nous retrouvons une dizaine au bar à vin. L’ambiance est plus intime, l’alcool coule à flot, les langues se délient… Takisys nous parle d'un alignement de fesses (très peu en ont profité malheureusement, et je ne fais pas partie de celles-là, cependant j'envie encore moins la situation de Célia qui était présente mais tournait le dos à la scène), Alaric nous dévoile son penchant pour les vaches et les plans couette, et pour finir, même absente, les tentacules continuent de poursuivre Blackwatch. Comment ça vous ne me croyez pas ? Demandez à Isaiah, il a pris des notes !!! Bref, vous l'aurez compris, nous passons une excellente soirée. Mais toute bonne chose a une fin et nous devons nous séparer. Alaric craint de dormir dehors car il a oublié ses clés dans la chambre d'hôtel et nous nous gardons bien de lui proposer asile pour pouvoir en rire le lendemain… juste au cas où !

Le dimanche, il pleut. Nous (Elyna, Aliya, Alaric, Isaiah et moi) enchainons deux conférences : Imaginaires d’ailleurs… quand le roman se nourrit d’autres cultures et Bragelonne Comment ça marche. La première me donne envie d’acheter les ouvrages des intervenants, la seconde me donne envie de publier !!! Elyna s’entretient avec Stéphane Marsan (sans commentaire mais croisons les doigts). Nous grignotons un sandwich et Alaric nous quitte. Isaiah rentre sur Lyon, nous lui proposons de faire le voyage avec nous. Dernière tournée de la ‘bulle’ où j’achète les cadeaux pour ma petite famille (et je ne résiste pas à un dernier bouquin pour moi… pour la route).

Et voilà, nous quittons Aliya et partons récupérer nos affaires chez la tante d’Elyna (que je remercie infiniment pour son accueil si chaleureux et les pâtés Lorrains !). J’ai le cœur gros, tout est passé bien trop vite, et je suis déjà impatiente de revoir tout ce petit monde. Le trajet de retour nous permet de connaitre un peu mieux Isaiah et c’est un grand plaisir.

Conclusion :
des retrouvailles, des rencontres, des moments de partage, des discussions passionnantes, des trouvailles romanesques, bref, un week-end formidable (pendant lequel je suis restée très raisonnable… si c’est vrai !!!)

3 commentaires:

  1. Festival qui semble avoir été très enrichissant, de mille et une façon! Ça doit être génial de pouvoir assister à ce genre d'événement. Au Québec, nous avons le congrès Boréal qui, je pense, doit y ressembler. Il faudrait bien que je m'inscrive l'an prochain. Je pourrais tout de suite commencer à en parler à chéri pour qu'il se fasse à l'idée ;)

    Reviens-nous bientôt, Letty, pour d'autres péripéties!

    RépondreSupprimer
  2. Ah Epinal (soupir nostalgique). J'espère qu'on aura l'occasion de se rencontrer aux Imaginales 2014 ;)

    RépondreSupprimer
  3. Coucou Mon Capitaine !

    C'est ici mon rapport de l'année 2012, je n'ai rien écrit sur ce blog depuis... pfff... très longtemps, donc rien sur l'édition 2013 !!! Mais j'espère me rattraper avec 2014 car parmi mes bonnes résolutions pour la nouvelle année, il y a écrire, refaire vivre ce blog, écrire, corriger mon roman, écrire, participer à un maximum de rencontres (grenouillesques entre autres) et, je ne sais plus si je l'ai dit, ECRIRE !!! ;-)
    Et je serai vraiment ravie de te revoir aux Imaginales 2014 :-)

    Bises
    Letty (Gallae ;-))

    RépondreSupprimer